▼ Nos services en département

 
 

 
 

Diplôme perdu : quelles démarches ?

 

Vous souhaitez être dispensateur de formation ?

Evolution de l’emploi salarié au 2ème trimestre 2022

Publié le 17 octobre 2022

  • Envoyer a un ami
  • facebook twitter

Avertissement : L’introduction de la Déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut transitoirement affecter les comportements déclaratifs des entreprises. Durant la phase de montée en charge de la DSN, des adaptations sont réalisées dans la chaîne de traitement statistique des estimations d’emploi afin de tenir compte de ces changements. Ces modifications sont susceptibles de générer des révisions accrues sur les données.Retour ligne automatique
Depuis le premier trimestre 2017, les données sont établies en coproduction avec l’Acoss (champ privé hors intérim) et la Dares (sur l’intérim). À partir de la validité du premier trimestre 2018, le champ des estimations trimestrielles d’emploi localisé est étendu à l’ensemble de l’emploi salarié et aux départements d’outre-mer (hors Mayotte). Sont ainsi ajoutés les salariés de la fonction publique, de l’agriculture et de l’ensemble des particuliers employeurs. »Retour ligne automatique
La Caisse nationale de l’Urssaf a, en juin 2021, basculé l’ensemble de son système statistique vers la source des déclarations sociales nominatives (DSN), générant des révisions des séries longues du nombre de postes salariés sur le champ privé hors intérim.

• Par ailleurs, jusqu’à fin 2021, les évolutions conjoncturelles de l’emploi salarié privé sur les deux années les plus récentes (ici 2020 et 2021) s’appuyaient sur des agrégations de postes de salariés qui excluaient les alternants (bénéficiaires d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation). Or, les alternants relèvent sans ambiguïté de l’emploi, selon les définitions du Bureau international du travail (BIT). C’est pourquoi les alternants sont désormais inclus explicitement dans les statistiques d’emploi salarié. Cette révision conduit à comptabiliser 240 000 créations d’emplois supplémentaires entre fin 2019 et fin 2021 au niveau de la France.