+ services en département
 

 

Accueil > Études et statistiques > Études et analyses > Marché du travail et Emploi > Augmentation des projets de recrutement considérés comme difficiles

Augmentation des projets de recrutement considérés comme difficiles

| Publié le 6 janvier 2022
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

En 2021, la part des projets considérés comme difficiles atteint 45 %, part supérieure à celle observée en 2016

Le Service études, statistiques et évaluation (SESE) de la DREETS du Grand Est a réalisé une étude pour présenter les principaux résultats sur ce sujet des métiers en tension et des difficultés de recrutement dans le Grand Est.

En 2021, 185 330 projets de recrutement dans le Grand Est

Fin 2020, la région Grand Est recense 466 715 demandeurs d’emploi de catégorie ABC.
Selon une nomenclature à 533 métiers, la moitié se concentre sur 30 métiers, tandis que le quart se réparti sur 8 métiers. Aussi bien fin 2015, que fin 2020, le nettoyage des locaux, les métiers d’assistance auprès des enfants et le magasinage et préparation de commandes sont les trois principaux métiers demandés, sur la base des souhaits des demandeurs d’emploi.
Pour l’année 2021 (projets recueillis fin 2020), les entreprises déclaraient 185 330 projets de recrutement dans le Grand Est. Le nombre de projets de recrutements a reculé sous l’effet de la crise sanitaire, mais reste largement supérieur à celui de 2016.
Entre 2016 et 2019, le nombre de projets a progressé de 44 %.
En 2021, la part des projets considérés comme difficiles atteint 45 %, part supérieure à celle observée en 2016 (29 %). Suite à la crise sanitaire, les difficultés de recrutement se sont réduites. En effet, avant la crise sanitaire, dans le Grand Est, la part des projets de recrutements considérés comme difficiles dépasse 50 %.

Des difficultés variables selon les territoires et les métiers

Ces difficultés de recrutement varient suivant les territoires et les métiers. Dans les bassins de Longwy, de Briey et de Saint-Dizier, ce sont près des deux tiers des projets qui sont considérés comme difficiles.
Le retour à l’emploi dépend de nombreux facteurs, comme la quantité et la qualité des offres d’emploi ou l’adéquation entre offre et la demande d’emplois dans les métiers et dans chaque territoire.
De même, la présence de demandeurs d’emploi sur un territoire ne garantit pas l’absence de difficultés de recrutements, tant celles-ci ont plusieurs causes. Les profils des demandeurs d’emplois sont variables suivant les métiers et peuvent expliquer certaines difficultés de recrutement en termes d’employabilité ou via des processus de discrimination. Ainsi, parmi les 30 métiers les plus recherchés, on recense les caractéristiques suivantes : un chômage de longue durée plus marqué, un nombre plus important de personnes de 50 ans et plus, notamment sur les métiers occupés par des femmes, un niveau de formation inférieure à la moyenne avec une part plus importante de demandeurs d’emploi sans qualification, des métiers très fortement sexués et une part plus importante de demandeurs d’emploi issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Le manque d’attractivité des postes offerts (conditions de travail contraignantes, emploi non durable) ou le renouvellement fréquent des recrutements peuvent aussi expliquer les difficultés de recrutement dans certains métiers.

Consulter l’étude du SESE de la DREETS du Grand Est : ICI

--

Webmestre | Accessibilité | Données personnelles et cookies | Légifrance | Mentions légales | Services Publics